Au frère emmuré

Au frère emmuré

La philosophe rend justice à celui dont la maladie mentale a guidésa propre pensée sur l'animalité.

Pour laisser trace - sous forme de fragments - de son frère qualifié de déficient mental, Élisabeth de Fontenay lui a donné pour prénom Gaspard. Son titre, emprunté au recueil d'Aloysius Bertrand, admiré par Baudelaire mais non par la philosophe. Elle lui préfère les cantilènes qu'en a tirées Ravel, telle L'Énigme éternelle. Car quoi de plus énigmatique qu'un proche inaccessible, reclus dans une indifférence inébranlable et une absence totale d'empathie à l'autre ?

Ce n'est pas tant que Gaspard manquât de compétences : sa mère, très vite consciente de son mal, se consacra entièrement à son éducation et parvint à « greffer sur lui les structures profondes de la grammaire, de l'orthographe et du calcul », et jusqu'aux exquises manières de la grande bourgeoisie. Efforts vains : dénué de raison, de toutes ces choses il ne pouvait comprendre le sens. Devenu violent à l'adolescence, Gaspard fut séparé de sa famille pour subir dans une clinique suisse des traitements neuro ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes