Stefan Zweig, Le Wagon plombé

Stefan Zweig, Le Wagon plombé

Comme il l'a fait du Brésil, Zweig a idéalisé la Russie soviétique, peut-on déduire de ces trois miniatures historiques. Dans « Le wagon plombé », on découvre un Lénine solitaire qui, exilé à Zurich, projette la révolution depuis une chaise de bibliothèque. « Voyage en Russie » fait l'éloge d'un pays jugé exemplaire, où la confiscation du patrimoine culturel privé se transforme en un « sauvetage des objets précieux ». Quant à l'état de la liberté d'expression... silence. Enfin, dans « Sur Maxime Gorki », il dresse en hagiographe le portrait du poète qui, à l'inverse d'un Tolstoï, vient du peuple. Cet ensemble nous éclaire davantage sur l'écrivain autrichien que sur la Russie.

Le Wagon plombé, Stefan Zweig, traduit de l'allemand par Olivier Mannoni, éd. Petite Biblio Payot, 168 p., 6,80 €.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes