Sigmund Freud, Propos d'actualité sur la guerre et sur la mort

Sigmund Freud, Propos d'actualité sur la guerre et sur la mort

À mesure que l'on avance dans ces Propos que Freud rédigea au printemps 1915, il apparaît que, bien que ces écrits aient été provoqués par un contexte, ils n'en visent pas moins une vérité intemporelle. Dans une rhétorique dépouillée de tout jargon, le père de la psychanalyse cherche ce qui amène la civilisation à se perdre dans la guerre, qui semble pourtant son envers. « La société civilisée, qui exige des actions bonnes sans s'occuper de leur arrière-plan pulsionnel, a obtenu d'un grand nombre d'êtres humains qu'ils obéissent à la civilisation sans que leur nature participe à cette obéissance. » Ce hiatus fondamental, Freud l'examinera d'encore plus près en 1929 avec Malaise dans la civilisation, mais il en pose les bases dès 1915 : les pulsions mortifères de l'homme moderne sont le fruit d'une survivance, celle de « l'homme de la préhistoire » que l'on retrouve « inchangé dans notre inconscient ». E n d'autres mots, le refoulé n'est pas seulement une affaire in ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon