Bryan Ward-Perkins, La Chute de Rome

Bryan Ward-Perkins, La Chute de Rome

Bryan Ward-Perkins est un archéologue qui s'opp ose à l'historiographie dominante en citant Pulp Fiction. À la chute de Rome s'est peu à peu substituée une Antiquité tardive faite de transitions progressives. La grande force de l'historien britannique, c'est de ne pas faire du niveau de vie romain, dont il affirme l'effondrement, le reflet d'une moralité supérieure : quand 50 Saxons destinés aux jeux du cirque se suicident et que leur propriétaire se félicite de son stoïque lâcher-prise, le plus Barbare n'est peut-être pas celui qu'on croit.

La Chute de Rome, Bryan Ward-Perkins, traduit de l'anglais par Frédéric Joly, éd. Champs-Flammarion, 304 p., 11 €.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon