Joyce Carol Oates, Terres amères

Joyce Carol Oates, Terres amères

Deux ans avant la parution de ces nouvelles, la romancière américaine Joyce Carol Oates perdait son mari. Le veuvage, cette « vie posthume », tient ici une place très importante, et la psychologie explorée des quelques « conjointes survivantes » qui peuplent Terres amères est glaçante. La première se fait violer alors que son mari vient de mourir. Plus loin, Sophie éprouve un chagrin « très semblable à de l'eau sale qu'on lui aurait versée dans la bouche ». Mais il y a pire que le veuvage : la vie sentimentale d'une femme-tronc !

Terres amères, Joyce Carol Oates, traduit de l'anglais (États-Unis) par Christine Auché et Claude Seban, éd. Points, 528 p., 8,20 €.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes