Jake Hinkson, L'Enfer de Church Street

Jake Hinkson, L'Enfer de Church Street

Ce premier roman ressemble à l'oeuvre d'un vieux roublard aussi rusé que désabusé. Si le récit s'ouvre sur le braquage de Geoffrey Webb par une petite frappe, très vite le rapport de forces s'inverse : Geoffrey propose à son agresseur de l'accompagner en voiture pendant quatre ou cinq heures et d'écouter sa confession en échange de 3 000 dollars. Tout un pan de l'Amérique rurale dévoile son visage sombre. Un polar au cynisme captivant, jouant avec l'immoralité pour faire valser les oppositions classiques entre victime et bourreau.

L'Enfer de Church Street, Jake Hinkson, traduit de l'anglais (États-Unis) par Sophie Aslanides, éd. Gallmeister, 206 p., 8 €.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes