AU FEU DE L'ANTICONFORMISME

AU FEU DE L'ANTICONFORMISME

Parler, agir ou vivre d'une manière hostile aux normes a presque toujours valu le qualificatif d'athées aux anticonformistes. Qui peut croire que le poète Omar Khayyâm, sans doute le plus grand apologue du vin et de l'amour de tous les temps, ou encore

François Rabelais, père spirituel de tout gastronome qui se respecte, puissent apparaître régulièrement comme les piliers de l'athéisme ? C'est sans doute, écrivait Lucien Febvre pour solder la question, qu'au XIVe siècle « athée n'est qu'un gros mot ». Il faut l'admettre, athéisme et iconoclasme vont souvent de pair : se dire athée, c'est préférer transgresser que suivre les normes de langage, de pensée et de comportement. De Sade à Bataille en passant par Baudelaire et Gide, les blasphémateurs ont trouvé dans leurs défis à Dieu (et à ses ministres) une source infinie de frissons. Et si les philosophes Lucilio Vanini ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine