Au Brésil, Nietzsche résiste

Au Brésil, Nietzsche résiste

Dans le pays dirigé par Bolsonaro, les conservateurs ont voulu s'approprier le philosophe, qui rencontre un regain d'amour dans les consciences libertaires.

L'an 2000 marque un tournant dans la réception brésilienne de la pensée de Nietzsche. Celui-ci devient alors « populaire », saisi par le marché éditorial et exploité par les médias. Ouvrages de vulgarisation et articles se multiplient, qui se servent de ses mots à tout propos. On parle de lui sans connaître sa démarche philosophique et l'ampleur de sa réflexion. Consommé à outrance, il est domestiqué.

Nietzsche est arrivé très tôt au Brésil. Au début du XXe siècle, ses idées avaient déjà suscité l'intérêt des auteurs brésiliens. Introduites grâce aux anarchistes espagnols, qui considéraient Nietzsche comme l'un des penseurs les plus révolutionnaires, elles ont imprégné romans et nouvelles. Quelques décennies plus tard, en accord avec l'esprit du temps, on a envisagé Nietzsche comme un penseur de droite. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des écrits idéologiques, publiés dans des revues fascistes, ont cherché à s'approprier sa pensée. Par la suite, alors que l'extrême gauche ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon