Au bord de l'éruption : les dessous d'un volcan

Au bord de l'éruption : les dessous d'un volcan

La brutalisation croissante de la société fait peur à une majorité de Français, mais 54 % d'entre eux trouvent les violences compréhensibles, sinon justifiées. L'enquête Ipsos, consultable en intégralité sur notre site, révèle un pays en surchauffe.

Des messages haineux en cascade à l'encontre du chanteur Bilal Hassani, représentant de la France à l'Eurovision, des dessins de Simone Veil défigurés par des croix gammées, une première dame que l'on veut voir « à poil sur un tas de palettes », des tombereaux de lettres d'insultes envoyées au journal Le Monde à la suite d'un article sur les difficultés d'un ménage modeste. Une digue a sauté : on peut haïr aujourd'hui à visage découvert, sans aucune honte.

Depuis peu, les démocraties modernes assistent médusées et impuissantes à un basculement inquiétant : le grand retour de la haine dans le débat public. À la haine folle et meurtrière des fanatiques religieux, au poison diffusé depuis longtemps par les nationalistes et les marchands de peur, s'ajoute aujourd'hui la haine ordinaire, corruptrice du langage et faiseuse de violence. Ce qui était tu, tabou, s'exprime dans une surenchère furieuse sur les réseaux, dans la rue et la bouche de certains politiques. Cette libé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article