Assimilation et désassimilation, un geste fondateur

Assimilation et désassimilation, un geste fondateur

À la différence des juifs de l'Est, les juifs de l'Ouest ont longtemps résisté à l'assimilation, à travers la perpétuation de la langue et de la culture yiddish.

Au tournant du xxe siècle, tandis que pour les juifs occidentaux et pour certains maskilim* de l'Est, l'émancipation supposait l'assimilation linguistique, la réalité historique de l'Europe orientale entraîna la société juive sur une voie totalement différente.

Dans ce qui restait du royaume de Pologne, dans l'Empire tsariste et dans l'Empire austro-hongrois, de jeunes intellectuels et écrivains juifs - polonisés, russifiés, germanisés - s'enflammèrent pour les idées révolutionnaires, avec l'ambition de les faire partager aux masses. À partir du dernier tiers du xixe siècle se produit donc un phénomène unique dans l'histoire : la prise de conscience politique des masses laborieuses juives et leur identification croissante avec la langue yiddish, vilipendée et méprisée par les juifs occidentalisés ou assimilés. Il y a donc là une analogie frappante entre cette langue et le groupe social formé par ses locuteurs. Cette langue représente à la fois, pour ces dispersés, un substitu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé