Assia Djebar

Assia Djebar

La Femme sans sépulture est un roman commencé en 1981-1982, après Femmes d'Alger dans leur appartement. J'avais écrit cinquante pages environ sur l'histoire de Zoulikha, une résistante de ma ville, montée au maquis à 40 ans et arrêtée en 1958, puis portée disparue. J'avais rencontré ses deux filles pour mon film, La Nouba des femmes du mont Chenoua, dédié à Zoulikha. L'été dernier, je l'ai repris, tout en m'interrogeant, parfois avec culpabilité, sur mon propre abandon : j'ai fini peu à peu par comprendre que, dans les années 1980, j'étais dans la contestation des héros à glorifier, en voyant ce que devenaient la plupart des ex-héros vivants... Mais dans la guerre civile, les femmes ont payé vraiment le prix fort, je me suis sentie contrainte de reprendre cette mémoire, de la bousculer. À travers Zoulikha, ses vies multiples - sa maturité politique, son passage par l'école française en 1930 dans un village de la Mitidja, ses maris, ses d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes