Art d'éco

Art d'éco

Les économistes sont rarement infaillibles, mais ils offrent de précieux outils conceptuels.

Parce que, entre autres ratés, elle n'a pas su anticiper notre crise actuelle ni lui apporter de solution, l'économie en tant que discipline passe, aux yeux de l'opinion, pour une non-science, des discours faussement objectifs mus par des partis pris politiques. Jacques Mistral s'inscrit en faux contre ce jugement. Distinguant, comme Schumpeter avant lui, l'apport « analytique » des doctrines économiques de leur base idéologique, il soutient qu'il y a bien eu un progrès de la pensée en économie, une élucidation graduelle et cumulative de ses mécanismes. En découlent des chapitres éclairants sur Adam Smith et Léon Walras. Autres que des apologues du capitalisme, les fondateurs du libéralisme auraient élaboré des outils conceptuels devenus des « acquis » de la réflexion. Mais sont-ils compatibles avec les visions, différentes, de Marx et de Keynes ?

Si le recensement des thèses de Keynes est parfait, celui sur Marx déçoit, tant sur sa théorie de la valeur, que Jacques Mistral ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine