Arcanes des massacres

Arcanes des massacres

L'origine du verbe massacrer et de son dérivé massacre n'est pas aussi atroce que leur sens actuel. Les dérivés populaires, en latin tardif, d'un mot qui devait être matteucca, parlent d'un coup de massue, sans préciser l'objet de cette agression. Masse, massue, noms d'armes, qui auraient pu n'être que des outils, comme le marteau. Mais l'agressivité des Gallo-Romains ou de certains d'entre eux, car toutes les civilisations recèlent des âmes pacifiques, a fait que la massue a été employée pour assommer. On espère qu'il s'agissait d'abord d'abattre des animaux, par exemple pour la boucherie. Cet acte de violence socialisée, accepté par les cultures qui apprécient la viande, est exprimé en italien par la famille du verbe macellare, qui ne parle que d'abattoirs et de boucherie, non de guerre et de tuerie. Il semble d'ailleurs qu'en ancien français le verbe a plutôt la valeur d'« assommer ». Une idée de violence et d'acharnement, cep ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes