Aram Kebabdjian

Aram Kebabdjian

Dans une société imaginaire où l'artiste est roi, la Cram offre les conditions de création idéales : logement, argent, contact avec les professionnels de l'art. Pour intégrer la structure, l'artiste doit avant tout être doué pour écrire des lettres de motivation. Pour durer, il doit s'adapter au monde cruel de l'art contemporain, où l'attendent les sadiques et les mauvais coups. Avec ce premier roman inventif, qui conjugue le réalisme et l'absurde, Aram Kebabdjian imagine une série de portraits d'artistes, de galeristes et de collectionneurs, et autant de projets artistiques audacieux, dont le premier annonce un parti pris esthétique : « L'écriture en nom propre est impensable. »

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine