Après vous, petite madame

Après vous, petite madame

Politesse ou sexisme ? De l'art ou du cochon ?La galanterie, remise en cause depuis le XIXe siècle, n'est pas une affaire totalement classée en France.

On s'en souvient : l'affaire Weinstein et la tribune signée entre autres par Catherine Deneuve sur la « liberté d'importuner » avaient opposé à un supposé puritanisme politiquement correct anglo-saxon un art de séduire national, épris de respect et de courtoisie. Mais qu'en est-il de la galanterie à la française ? se demande Alain Viala, sociologue et historien de la littérature, en poursuivant une enquête qu'il avait menée sur l'Ancien Régime (La France galante, 2008). La réponse nous fait parcourir toute l'histoire culturelle moderne, de Nerval à Sollers, de Manet aux plasticiens contemporains, pour approcher une notion complexe, tantôt synonyme de belles manières, tantôt de libertinage.

Si elle travaille les consciences comme idéal social et esthétique, la galanterie est un mythe contesté depuis le XIXe siècle : honnie par les révolutionnaires comme vestige de l'aristocratique, panthéonisée par le second Empire et remise au goût du jour par Verl ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon