APRÈS LES TÉNÈBRES

APRÈS LES TÉNÈBRES

Né en 1929, Jürgen Habermas a constamment travaillé à refonderun monde après la catastrophe politique et morale du nazisme.

La monumentale biographie, consacrée par le sociologue Stefan Müller-Doohm à Habermas, permet d'y voir plus clair sur l'apport de l'« intellectuel de référence » allemand et la cohérence de son oeuvre. Né en 1929, Habermas est le prototype de ces enfants grandis sous le IIIe Reich auxquels a incombé à l'âge adulte la charge de reconstruire moralement leur pays après la catastrophe nazie. Cette donnée quasi démographique explique en partie sa biographie. Au passage, Stefan Müller-Doohm réduit à néant son engagement dans les Jeunesses hitlériennes, dont certains de ses adversaires théoriques ont bien sûr fait grand cas : cette participation était obligatoire, et l'adolescent Jürgen, atteint de naissance d'une fente palatine - en termes vulgaires, un bec de lièvre - qui lui a laissé pour toujours des difficultés d'élocution, ne pouvait guère pour cette raison se sentir appartenir à la « race élue » germanique. Même chose pour la légende, colportée entre autres par Peter Sloterdijk, sel ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon