Après les châteaux de sable

Après les châteaux de sable

Épuisement des ressources, crise sociale : ces contraintes, loin de les brider, inspirent les jeunes architectes, de plus en plus organisés en collectifs.

l'héritage de Mai 68, c'est peut-être cette génération de jeunes architectes français qui réinventent le métier. Leurs diplômes sont encore frais. Hantés par le dérèglement climatique, ils ont grandi avec la crise économico-écologique. Le sable est une ressource épuisable, et avec lui, les grands châteaux de béton. Sous les pavés, plus de plage... Par nécessité, il leur faut penser autrement, porter attention aux matériaux et à leur origine, oeuvrer en groupe, inventer de nouvelles manières d'habiter. À leurs cool...lectifs, ils donnent des noms de groupes pop : Bellastock, le 6b, Encore Heureux, Yes We Camp... Dans un monde disloqué, ils ne rêvent pas d'imposer des icônes architecturales, mais font surgir des lieux électrisants dans des interstices délaissés. Projet Darwin et le Bruit du frigo à Bordeaux, La Friche la Belle de Mai à Marseille, La Belle Friche à Sceaux, partout dans l'Hexagone des lieux culturels vibrent d'une fraîche énergie.

Signal fort, la clé du ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon