après

après

C'est le seizième jour de canicule et je reste travailler chez moi, dans le bureau qui donne vers le nord. Je regarde les informations pour finir de me réveiller. Avant la transition, je n'y arrivais pas : les faits divers prenaient une place démesurée, on se perdait en polémiques qui enflaient et retombaient comme des fous rires nerveux, on minimisait le plus souvent les événements qui se produisaient au loin, ceux qui n'étaient encore qu'à l'horizon, ou ceux qui nécessitaient, pour être compris, un peu de culture scientifique.

Ce matin il est question des villes nouvelles que l'on construit en Inde, avec l'argent de l'aide internationale, pour accueillir les Bengalis qui habitaient la plaine côtière avant que les eaux ne montent. En haut à droite de mon écran, les chiffres tournent dans le cadran qui recense en temps réel l'évolution de la population mondiale. J'avais le vertige avant à la voir augmenter chaque jour de centaines de milliers de personnes. El ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine