Apollinaire imprimeur

Apollinaire imprimeur

Dans les tranchées de 1914-1918, Apollinaire composa ses célèbres Calligrammes, poèmes de la paix et de la guerre. On ne soupçonne guère comment il imprima Case d'armons, une suite de 21 poèmes qui en fait partie. L'histoire de cette frêle plaquette, du nom du compartiment de la voiture caisson abritant les affaires personnelles des poilus, est un jeu de piste. « Qu'est-ce qu'on y met/ Dans la case d'armons/ Espèce de poilu de mon coeur/ Pan pan pan/ Perruque perruque/ Pan pan pan/ Perruque à canon ».

Tiré à vingt-cinq exemplaires, Case d'armons fut polygraphié en 1915 devant l'ennemi grâce à une petite machine portative anglo-saxonne : le Duplicator. Le deuxième exemplaire numéroté a été retrouvé. Il passe en vente chez Artcurial, estimé à 80 000 euros. Il est dédicacé au galeriste Ambroise Vollard qui recevait dans sa cave de la rue Laffitte le Tout-Paris artistique, Pissarro, Degas, Monet, Renoir, Alfred Jarry, Apollinaire... L'expert Olivier Dev ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon