Apocalypse express

Apocalypse express

L'humour est, dit-on, la politesse du désespoir. Rien de plus vrai chez l'écrivain franco-tchèque, qui parvient à concentrer le désastre de l'histoire humaine dans des livres aussi courts que macroscopiques et ironiques. Cette fois-ci, il s'attaque à la fin du monde.

Tout est permis dans l'espace romanesque. Est-ce une raison pour y avancer n'importe quoi ? Prenez le dernier Patrik Ourednik, tchèque d'origine et de tempérament mais parisien depuis 1984 : tout, absolument tout, y fait problème, à commencer par le titre, La fin du monde n'aurait pas eu lieu. Est-ce à dire qu'elle s'est produite à notre insu, que nous sommes tous morts et que le récit ainsi nommé est une uchronie optimiste ? La quatrième de couverture ne nous aidera pas. In extenso : « Si c'est pas chouette. » Nous voilà bien avancés.

Patrik Ourednik, passeur en langue slave de Jarry, Queneau, Michaux et Beckett, est l'auteur de curieux récits, mi-romans, mi-pamphlets, dont le premier, Europeana, publié en 2001, réalisait l'exploit de raconter l'histoire du XXe siècle en 151 pages. Sans se soucier de la chronologie, cette logorrhée assaisonnée à l'ironie et ornée d'apostilles à l'ancienne contait les péripéties de dix décennies fécondes en tueries ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes