Antony, l'invention du drame moderne

Antony, l'invention du drame moderne

Si l'Hernani de Hugo est considéré comme le manifeste du romantisme, le théâtre de Dumas lui a ouvert la voie. En 1831, sa pièce Antony ose peindre le monde contemporain, à travers un jeune héros révolté.

En premier vint Hugo. Du moins, ainsi l'affirment les annales de la littérature française depuis que l'épique bataille d' Hernani est passée à l'histoire comme le moment précis et vérifiable de l'affirmation du romantisme. Des trois mousquetaires de la plume qui s'étaient promis de révolutionner le théâtre de leur époque, il est vrai que l'impressionnant Hugo est le plus apte à tenir les devants de la scène et que Vigny, discret de nature et avançant petit à petit vers cette « magnifique extinction de voix » qui l'éloignera du combat littéraire, se place de lui-même en troisième position. Alexandre Dumas, qui n'a ni le lyrisme déchaîné de l'un ni l'introspection délicate de l'autre, s'affaire néanmoins avec un enthousiasme irrépressible, écrivant à jet continu, comme il le fera tout au long de sa carrière. En ce début des années 1830, dans un siècle qui a déjà connu plusieurs bouleversements et qui en connaîtra encore bien d'autres et des plus graves, l'avenir de la création est au ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Jean Starobinski (© Gallimard)

Jean Starobinski
Hommage à ce grand théoricien de la littérature

Sondage IPSOS