Antonio Tabucchi

Antonio Tabucchi

Les livres naissent toujours d'un hasard. Je ne suis pas un écrivain-voyageur et je ne suis pas allé en Inde pour écrire Nocturne indien . À l'origine, ma mission était culturelle, je devais faire l'inventaire des textes d'origine occidentale conservés à la bibliothèque jésuite de Goa. Je suis resté longtemps sur place et j'ai pas mal voyagé à travers le pays. C'est seulement à mon retour en Italie que j'ai pensé à la possibilité d'un récit où un personnage romanesque suivrait les étapes de mon périple indien. J'ai alors superposé le réel de la géographie - dans le livre, il y a même un plan de l'itinéraire - et l'imaginaire de la fiction. Finalement, le plan littéraire a tellement transformé le plan réel que par la suite je n'ai plus été capable de refaire ce voyage. Je ne suis jamais retourné en Inde.

Le hasard est un élément fondamental de notre vie. Par exemple, le fait d'être dans un lieu avec quelqu'un est toujours la conséquence de toute une série ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes