ANTI-MÉRITOCRATIE

ANTI-MÉRITOCRATIE

Paru au États-Unis avant l'élection de Donald Trump, l'essai du politologue Thomas Frank Pourquoi les riches votent à gauche est aujourd'hui publié en France, aux éditions Agone, augmenté d'une postface qui explique, en toute logique, pourquoi les pauvres ont voté à droite. L'ouvrage risque de ne guère plaire en France : il critique la méritocratie. Et plus précisément le cercle de bons professionnels, sortis majors des meilleures universités, dont sont par exemple issus Bill Clinton ou Barak Obama. Cette « coalition des émergents » qui se « soucie des vainqueurs et que chacun ait une chance de devenir un vainqueur » : homosexuels, femmes, minorités... mais ne se préoccupe absolument pas de la hausse de l'inégalité. Et méprise souverainement les syndicats, ces rassemblements d'ex-mauvais élèves. Ils « ont une forte conscience de classe qui leur fait penser qu'ils ne sont pas seulement à cette place parce qu'ils ont eu de la chance. Ils dirigent parce qu'ils sont les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon