Annie Ernaux : sans surprise

Annie Ernaux : sans surprise

Deux petits livres. Et l'on voit immédiatement ce qui les relie : des souvenirs si insoutenables qu'on les met en mots pour les offrir aux autres. Depuis des années, Annie Ernaux creuse le même sillon. Elle choisit un style simple et direct pour emprisonner la réalité. La mort du père dans La place 1984, la mort de la mère dans Une femme 1988. A travers ces vies - qui sont la sienne - elle raconte le quotidien des milieux populaires dans les années cinquante. Aujourd'hui, à la lecture de La Honte et de « Je ne suis pas sortie de ma nuit » , on ressent un malaise. Comme s'il était temps pour l'auteur de passer à une autre histoire.

Avec La Honte , la romancière révèle comment, à douze ans, ce sentiment s'est saisi d'elle pour ne plus la lâcher. Le 15 juin 1952, son père tente de tuer sa mère à l'aide d'une serpe. Racontée, l'histoire ressemble à la dispute violente d'un couple. Semblable à tan ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article