Angot, en douceur

Angot, en douceur

L'auteur de L'Inceste prend cette fois-ci le point de vue de sa mère, qui ignore d'abord ce que sa fille subit puis ne lui en dit jamais rien. Bouleversant, et surtout étonnamment apaisé, réconcilié.

On se réjouit de rencontrer Christine Angot pour qu'elle nous parle de son dernier livre, Un amour impossible. On la croise à Avignon, on se reverra très vite, elle veut entendre le point de vue des lecteurs, comment ce livre les touche et bouleverse, puisqu'on lui dit qu'on a été éprouvée comme rarement, et les journalistes ne sont-ils pas les premiers lecteurs ? Elle pose des questions, promet de poursuivre cet échange à Paris. Puis finalement le rendez-vous sans cesse ajourné est remis aux calendes, l'article sera déjà paru à la date qui nous est proposée, ce pourrait être un nouveau principe journalistique. Dommage. Christine Angot parle de son travail de manière si percutante et précise qu'il est normal que chaque parution suscite le désir de l'écouter, d'autant qu'aucune des interviews qu'elle donne pour accompagner ses livres ne se ressemble. Au sujet d'Un amour impossible, on a des questions, pas de réponses, et aucune envie d'en proposer un résumé ou d'en ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé