Anatomie du dandy

Anatomie du dandy

Alors que le dandysme est devenu un terme galvaudé, un utile retour à ses sources et à ses inventeurs.

« Dandy », « dandysme » sont deux mots tellement utilisés qu'ils ne veulent plus dire grand-chose ; ils sont aujourd'hui investis d'une signification quasi incompatible avec leur sens initial. Pour y voir clair, Françoise Coblence, philosophe et professeur d'esthétique, remonte aux origines du dandysme et à ceux - les quatre « B » - qui l'ont incarné : Brummell, Byron, Barbey d'Aurevilly, Baudelaire.

Le lecteur profane risque d'être effarouché par le robuste attirail conceptuel du texte et par ses nombreuses références philosophiques, mais il vaut la peine de surmonter ces réticences tant l'analyse est riche. Explorant la vie de Brummell, l'universitaire dissèque la signification du dandysme tel qu'il l'a créé, sa différence avec le snobisme, l'importance pour un dandy de la toilette et du décor, et par-dessus tout son souci d'être un créateur de soi, de se transformer pour ainsi dire en chose, en objet, en bibelot.

Convoquant les analyses classiques de Tocqueville e ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine