ANARCHISTE MALGRÉ LUI ?

ANARCHISTE MALGRÉ LUI ?

La Boétie ne mena pas une vie d'anarchiste. Il fut un serviteur de l'État, membre du parlement de Bordeaux. Loin du « ni Dieu ni maître » d'Auguste Blanqui dont les anarchistes feront leur devise. Dès lors, pourquoi le Discours de la servitude volontaire se retrouve enrôlé dans toutes les bibliographies anarchistes ? À cause de son mode d'emploi pour détruire le pouvoir par le retrait du consentement, superbe cadeau pour la pensée anarchiste. Aussi, plusieurs penseurs étiquetés précurseurs de l'anarchisme s'y réfèrent. L'Allemand Max Stirner, dont L'Unique et sa propriété (1845) semble puiser dans le Discours. Son compatriote Gustav Landauer, qui traduisit La Boétie. Bakounine, qui, dans Dieu et l'État, développe dans un style fleuri l'idée du consentement : « Aucune minorité n'eût été assez puissante pour imposer, seulement par la force, ces horribles sacrifices aux masses humaines, si, dans ces masses elles-mêmes, il n'y avait eu une sorte de mo ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon