Amos Gitaï et le mood de Musil

Amos Gitaï et le mood de Musil

Le cinéaste Amos Gitaï donne à la littérature une place centrale dans la genèse de ses films, tout en marquant nettement l'autonomie des textes et du cinéma. Son dernier tournage, Désengagement , est inspiré de L'Homme sans qualités . Mais, selon Gitaï, faire de l'oeuvre littéraire l'origine mélodique d'un film suppose qu'elle soit arrachée à son contexte. Le livre ne se transpose qu'en faisant lui-même l'expérience symbolique de la diaspora.

Le Magazine littéraire. Beaucoup de vos films contiennent des références explicites à la littérature biblique, à la poésie. Tout a commencé avec Esther, votre premier long-métrage de fiction, en 1985 ?

Amos Gitaï. Oui, Esther est constitué à 99 % de textes bibliques, Golem, l'esprit de l'exil également. J'avais été impressionné, quand je faisais mon doctorat à Berkeley, par un texte de Walter Benjamin où il s'entretenait avec Gershom Scholem. Il disait que son rêve était d'écrire un livre strictement constitué de citations. C'est ce que j'ai tenté avec Esther et Golem . Le Livre d'Esther est le seul de l'Ancien Testament à se dérouler dans la Diaspora et non en terre d'Israël. Toute l'histoire se déroule en Perse, et c'est pourquoi Dieu n'est pas mentionné. Quant à Golem, l'esprit de l'exil, c'est une adaptation à ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes