Amartya Sen Inde, 1933

Amartya Sen Inde, 1933

L'influence de son idée déjà ancienne de « capabilités » ne se dément pas, aussi bien dans les pays émergents que développés.

Originaire du Bengale- Occidental (actuel Bangladesh), Amartya Kumar Sen, philosophe moral autant qu'économiste, s'est formé à l'université de Calcutta puis à Cambridge. Il a mené ensuite une carrière internationale particulièrement éclatante : professeur à la London School of Economics, puis à Oxford et à Cambridge, dont il fut, à la fin des années 1990, le premier recteur d'origine asiatique, avant de rejoindre Harvard et de recevoir en 1998 le prix Nobel d'économie pour ses travaux sur la pauvreté et le développement humain.

Son oeuvre, traduite en plus de trente langues, dérive en partie de son histoire personnelle. Sa famille n'ayant immigré vers la partie indienne du Bengale qu'à la partition du pays en 1947, il a assisté, à 9 ans, à la dramatique famine de 1943 qui fit trois millions de victimes. Dans l'essai Poverty and Famines, qui le fait connaître en 1981, il interprète ces dernières non comme des calamités naturelles entraînant l'indisponibilit ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon