AMÉRIQUES EN VIS-À-VIS

AMÉRIQUES EN VIS-À-VIS

Sous le regard de deux Salvadoriens exilés (l'un chauffeur de bus, l'autre universitaire) apparaît une Amérique névrotique.

On le sait depuis Voltaire et son Huron : pour relever les particularités et les travers d'une société, rien de mieux qu'un regard étranger. Dans ce roman grinçant, Horacio Castellanos Moya en convoque deux : deux narrateurs salvadoriens complètement paumés dans un pays, les États-Unis, auquel ils peinent à comprendre quoi que ce soit. Le premier, ancien guérillero, a lutté toute sa vie contre le gouvernement salvadorien, et, partant, contre les États-Unis, qui le soutenaient, avant de s'y retrouver clandestin. Le voilà chauffeur de bus (ce qui lui permettra de découvrir la propension des Américains à la délation et à la paranoïa) et employé par un réseau de vidéosurveillance (ce qui le confirme dans ses idées, avant qu'un vieux compagnon de lutte ne le ramène à d'autres occupations). Le deuxième, dont l'histoire suit, est un prof de fac qui tente d'éclaircir le destin d'un poète salvadorien mort pendant la guerre civile - mais qui s'intéresse surtout aux belles Américaines et aux d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes