Alexandrele bref

Alexandrele bref

Soljenitsyne est souvent perçu comme le tenant d'une prose monumentale. Considérée de près, son oeuvre révèle plutôt un génie des formats courts.

au regard des dimensions de son oeuvre, pas de doute possible : Soljenitsyne est un prosateur monumental à la Balzac, adepte de la fresque, capable d'écrire tous les jours et jusqu'à dix-sept heures d'affilée, au point d'entrer en transe. Et pourtant...

Le jeune Soljenitsyne n'était pas sûr de lui, et ses hésitations entre différents genres sont éclairantes. En octobre 1963, quand tout Moscou parlait de la prochaine publication d'Une journée d'Ivan Denissovitch, d'un auteur inconnu venu de Riazan, le futur dissident Lev Kopelev, par qui le manuscrit était parvenu à Tvardovski, l'éditeur de la revue Novy Mir, proposa à Soljenitsyne de rencontrer Anna Akhmatova, de passage à Moscou.

Tout récemment, Natalia Soljenitsyne a publié les pages que son mari a consacrées aux deux rencontres qu'il eut avec la poétesse, qui, auteur du recueil Requiem, secrètement diffusé par le biais des samizdats, incarnait la poésie russe et l'« âge d'argent ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes