Alechinsky, peindre les mots

Alechinsky, peindre les mots

En votre aimable dérèglement »... Cette formule d'Alechinsky - page 143 du livre - pourrait sans inconséquences tenir lieu d'exergue - ou d'épigraphe - à Des deux mains. En tout cas, il n'est pas inutile de l'avoir en tête lorsque l'on visite son exposition Dessins de cinq décennies au Centre Pompidou. Elle y est ouverte jusqu'au 27 septembre prochain. Sans doute parce que, face aux ?uvres d'Alechinsky, qu'elles soient de l'une ou l'autre main ne change au bout du compte rien à l'affaire, il me semble que l'on est toujours face à une sorte d'exceptionnel gradus grand ouvert et enluminé. Explication : un « gradus », abréviation de gradus ad Parnassium - escalier vers le mont Parnasse, séjour des Muses -, a été aux siècles classiques un manuel censé faciliter la composition littéraire. Un tel gradus énumère donc les figures de style, toutes les perversions et les roueries de la langue propres à déconcerter, à surprendre ou à confondre. Ainsi l'aphérèse, qui retranche une syllabe ou un ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes