Albert Camus l'a-t-il vraiment « emporté » sur Jean-Paul Sartre ?

Albert Camus l'a-t-il vraiment « emporté » sur Jean-Paul Sartre ?

La pensée de Camus est plus que jamais plébiscitée : antitotalitaire, l'écrivain aurait anticipé les aveuglements de la radicalité idéologique, incarnés par Sartre. Plutôt qu'ainsi schématiser cette éternelle rivalité, peut-être vaudrait-il mieux tenter d'en sortir.

Alors qu'on a célèbré le centenaire de sa naissance le 7 novembre dernier, la cote d'Albert Camus (1913-1960) semble à son zénith : il aurait, selon la rumeur, «tout anticipé de notre présent», son seul tort étant d'«avoir eu raison trop tôt». Contre Jean-Paul Sartre, qui, lui, se serait «trompé sur tout». Réalité ou image d'Épinal que cette reconstitution ? Un peu des deux. Pour légitime qu'il soit, le triomphe de Camus ne saurait faire oublier ses ambiguïtés et ses flous. Quant à Sartre, nombre de ses conceptions et analyses restent, malgré tout, valides. Mais il est aussi des questions auxquelles ni l'un ni l'autre ne répondent... Et si, pour traiter de nos enjeux actuels, il nous fallait tout à la fois penser avec et contre eux deux ?

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon