Alaa El Aswany, romancier humaniste

Alaa El Aswany, romancier humaniste

Rencontre avec Alaa el Aswany , auteur de L'Immeuble Yacoubian, succès littéraire international, récemment adapté au cinéma. L'écrivain égyptien fait paraître un nouveau roman, intitulé Chicago .

Dans Chicago la cosmopolite, au coeur du département d'histologie de la faculté de médecine, une vingtaine de personnages, Égyptiens pour la moitié d'entre eux, se débattent avec les affres de l'existence - l'exil, la solitude, la sexualité, la politique, le racisme, la répression, la religion. S'il n'épargne pas une Amérique en crise, Alaa El Aswany, auteur célébré de L'Immeuble Yacoubian éd. Actes Sud, 2006 adapté au cinéma et vendu à des centaines de milliers d'exemplaires dans le monde, monte d'un cran, avec Chicago , dans la critique du régime égyptien. Il dénonce la corruption, la misère, le chômage, la dépendance, les mensonges du parti au pouvoir, et surtout l'islam forgé par les théologiens de cour qui se servent de la religion « pour renforcer les régimes despotiques ». Un roman choral tout en nuances qui s'étire entre velours et griffe, splendeur et décadence. Entretien avec un écrivain engagé.

...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon