Agonie et regain du merveilleux

Agonie et regain du merveilleux

Le Seigneur des anneaux décrit la fin d'un ordre mythique et la disparition des créatures qui y sont associées, au profit d'un âge de l'homme. Mais c'est en racontant la fin du merveilleux que Tolkien peut le reformuler et le perpétuer.

La Terre du Milieu n'est pas un autre monde, elle est la très haute antiquité du nôtre. Tolkien avait pour projet initial de remonter le temps à partir du présent, jusqu'à la submersion de l'Atlantide (1). Comme fil conducteur, des pères et des fils, d'abord à travers le haut Moyen Âge, portaient des noms dont l'étymologie (%A8lfwine, « ami des elfes ») évoquerait un lien originel avec ce monde englouti. Il y avait là déjà deux des traits les plus originaux de la pensée narrative de Tolkien : l'immense profondeur historique où il situe son univers et la forme historienne de l'oeuvre littéraire. Ainsi, l'après Seigneur des anneaux, qui clôt le Troisième Âge, n'est encore que le lent début de l'ordre du monde tel que nous le connaissons ; et les aventures qui y sont racontées seraient tirées d'une énième copie du récit de Frodo contenu à l'origine dans le Livre rouge (à la suite du récit de Bilbo) que Tolkien dit avoir adapté en anglais. C'est par cette médi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon