Agatha croustille

Agatha croustille

Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ? a popularisé en 2007 les fantaisies théoriques de Pierre Bayard, qui pratique une critique-fiction ou « potentielle » : en changeant le statut d'une oeuvre ou en soutenant des interprétations apparemment délirantes, il s'agit de penser en acte ou par l'absurde la lecture, capable de secréter des mondes ou récits radicalement différents à partir d'un même texte. À force, le gymnaste du paradoxe a pu frôler le claquage. Il revient aujourd'hui avec bonheur à l'un de ses péchés mignons : démonter l'enquête d'un classique du récit policier et en démentir le coupable « officiel » - preuve qu'on peut tout faire dire à un texte. Cette fois-ci, il s'agit des Dix Petits Nègres d'Agatha Christie. La démonstration est de nouveau palpitante (entre autres sur la question de l'aveuglement), mais frappe toujours, chez Pierre Bayard, une surprenante indifférence à l'écriture - assez platement fonctionnelle.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »