Africaines en lutte

Africaines en lutte

Emmanuel Dongala

Elles ont des noms de princesses et de guerrières : Ossolo, Iyissou, Batatou, Mâ Bileko, Atareta, Moukiétou... Elle sont une quinzaine à concasser des pierres au bord d’une rivière en Afrique, qui décident un jour de faire grève afin d’obtenir un salaire décent. La puissance et le charme de Photo de groupe au bord du fleuve tiennent à un fil - une question de timbre. Difficile en effet a priori d’éviter la galerie exhaustive et poussive de portraits de femmes ravagées par l’esclavage, la malveillance d’une belle-famille, le despotisme d’un mari, la charge des enfants, la toute-puissance des on-dit, la misère, le sida... Et pourtant. Le narrateur très discret d’Emmanuel Dongala, qui s’adresse à la deuxième personne du singulier à Méréana, la jeune porte-parole du groupe de femmes soudain constitué, restitue avec tact et tendresse la douleur, le combat et l’épopée de cette « armée » hétéroclite. Oscillant entre les bribes racontées ou à demi tues des histoires personnell ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine