Edouard Glissant, le théoricien de l’identité créole, entre dans les archives de la BnF

Edouard Glissant, le théoricien de l’identité créole, entre dans les archives de la BnF

L’écrivain martiniquais Edouard Glissant a fait son entrée au patrimoine national. Les archives de ses textes, classées Trésor National en 2014, font désormais partie des ressources disponibles à la BnF. 

Grâce à un appel de mécènes et au fonds du Patrimoine, la BnF a pu acquérir les archives de l’écrivain, dont des textes inédits, des versions intermédiaires de ses deux célèbres essais Le Discours antillais (1981) et Le Traité du Tout-monde (1997), des manuscrits où prolifèrent mots et dessins (cahiers si chers à l’auteur, très attaché au papier), ainsi que ses échanges épistolaires avec de nombreux auteurs comme Aimé Césaire, Michel Butor, ou encore Yves Bonnefoy.

Les documents du penseur antillais recouvrent majoritairement la deuxième partie de sa vie, des années 1970 jusqu’à sa mort, mais quelques pièces de sa jeunesse, comme les inédites Notes pour un traité de décolonisation (écrites autour de l’année 1959), ainsi que les Actes du Congrès constitutif du front Antillo-Guyanais, refont surface après une longue plongée dans l’oubli, causée par la dissolution du Front des Antillais et des Guyanais pour l’autonomie par le Général de Gaulle en 1961.

Edouard Glissant nous avait quitté en 2011. Cet écrivain, poète, et essayiste imprégné de ses racines martiniquaises a plaidé tout au long de sa vie, à travers ses écrits poétiques et ses engagements politiques, pour l’indépendance des îles sous la tutelle française. Il avait remporté le prix Renaudot en 1958 pour son premier roman, La Lézarde, dévoilant en France sa prose à travers le récit de personnages anticolonialistes. Son engagement a persisté malgré les obstacles, et s’est vu récompensé lors de sa nomination en tant que directeur du Courrier de l’Unesco des années plus tard. Son poste de professeur à l’Université de Louisiane et sa nomination à la chaire de Littérature francophone de l’université de New York, premiers pas en Amérique, lui ont ensuite ouvert les portes du reste du monde.

Edouard Glissant a propagé la parole d’Outre-Mer grâce à de nombreuses interventions internationales, autour du devoir de mémoire de l’esclavage. Cette mémoire est désormais accessible à tous ceux qui désirent ouvrir une page de la vie de cet auteur militant.

Amélie Cooper

Photo : Edouard Glissant ©Ulf Andersen/Aurimages

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes