Accident d'auto

Accident d'auto

Synonyme de liberté au XXe siècle, la voiture a dérapé du mauvais côté de l'histoire tant elle véhicule des valeurs qui n'ont plus le vent dans le dos.

De tous les objets qui ont accompagné l'imaginaire du XXe siècle, la voiture est sans doute celle dont l'image s'est le plus dégradée. Tout avait pourtant bien commencé pour elle. On l'a oublié, mais il fut un temps où le vrai problème de la mobilité urbaine était le cheval. Il était considéré à la fin du XIXe siècle comme un véritable péril. À tel point qu'une conférence internationale - qui dura tout de même dix jours - fut convoquée à New York en 1898 pour tenter de résoudre le problème... en vain. En effet, avant l'apparition de la voiture, le cheval était tout simplement le moyen de transport principal ; on en comptait des centaines de milliers dans certaines villes, et tout cela occasionnait des problèmes qui commençaient à paraître insolubles : embouteillages monstres, accidents mortels, et surtout une masse de crottin à stocker sur des hauteurs de plus de vingt mètres. Même Donald Trump n'oserait imaginer un mur de cette nature.

Dans ce contexte, l'apparition de la v ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes