31 avant-dernières pensées

31 avant-dernières pensées

1 L'idée de la fin de toutes choses présuppose la croyance en leur commencement. Là où il n'y a pas de représentation de la création fait également défaut l'image de la destruction.

2 À l'apocalypse s'oppose la catastrophe, sans vérité ni salut, le cataclysme sans lendemain.

3 Au fond, l'apocalypse est une sinistre imposture ; la conflagration finale ne révélera rien à personne. La vérité de l'apocalypse, c'est qu'il n'y a pas d'apocalypse de la vérité.

4 Il faut cependant apprendre à vivre en sachant que la fin du monde peut avoir lieu à n'importe quel instant. Ce n'est plus la conscience de sa mortalité qui est la condition de possibilité d'une éthique, mais celle de la mortalité du monde. Philosopher, ce n'est plus apprendre à mourir au monde, mais apprendre au monde à mourir.

5 De même qu'il existe un péché originel, il existe un péché final : désobéir à sa propre loi. La nouvelle culpabilité, postchrétienne et donc encore un peu chrétienne, ne tient ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine