Ô muse frivole

Ô muse frivole

En octobre 1900, à bord du paquebot Ernest Simons, Paul Claudel rejoint son poste de consul en Chine. Sur le pont des premières classes, il observe, fasciné, « une femme belle et séductrice, d'un port altier quand elle marche et d'une grâce alanguie quand elle s'étend sur un transatlantique, dotée d'un rire éclatant », écrit Jacques Julliard dans sa préface aux Lettres à Ysé. Des lettres inédites, éclairant tant la vie que l'oeuvre du poète et dramaturge catholique. Il a alors 32 ans. Il a déjà pu voir incarnées sur les plateaux ses premières pièces, mais n'a jamais encore commis le péché de chair. Comment cet homme voué au salut de son âme a-t-il pu s'éprendre de Rosalie Vetch, une femme mariée, déjà mère de quatre enfants, aussi frivole que narcissique, avide de robes et de bijoux ? Au fil des lettres, on comprend comment « Rosie », qui lui donnera une fille, irrigue son oeuvre future et devint l'éternel féminin de son théâtre, le modèle de la sublime Ysé de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes