États des lieux

États des lieux

Mais que désigne donc précisément l'expression « art contemporain » ? Un essai de Marc Jimenez permet d'y voir plus clair.

Laisse tes tics ou tiques, c'est selon.... J'en conviens, le jeu de mots avec « tic » est débile ; avec « tique », il est graveleux, au sens du xviie siècle, s'il vous plaît, à savoir « pénible pour la conscience comme la gravelle pour le corps ». Reste que cela fait des années que cette bonne vieille esthétique à la Kant, élaborée à la fin du xviiie siècle, ne sait plus par quel bout prendre les machins, ou leur absence - impossible d'avoir recours à des expressions comme « oeuvres d'art » ou « objets d'art » - que l'on découvre dans les galeries, les fondations, les musées d'art contemporain. Pour mesurer l'ampleur des dégâts, actualité immédiate des expositions oblige, avant la prochaine visite que vous ne manquerez pas de faire au cours de ce mois de l'un de ces lieux, il est urgent de lire La Querelle de l'art contemporain de Marc Jimenez. Cette expression, « art contemporain », est devenue comme un label rouge qui désigne une volaille nourrie au grain, une appellation contrôlé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard