Éloge des bâtards

Éloge des bâtards

Devant la disparition des espaces communs, ils sont neuf à lutter contre le déploiement d'un totalitarisme urbain, sans se connaître entre eux ni se cerner eux-mêmes. Mais, au sein de leur groupe, les langues se délient, et les trajectoires, marquées par l'absence du père, l'abandon de la mère ou l e rapport contrarié aux origines, s'unissent dans un déracinement commun, presque toujours subi. Olivia Rosenthal rappelle pourtant qu'une famille bancale offre à chacun la possibilité de se choisir une identité. Éloge des bâtards pose son intrigue sans l'imposer, offrant au lecteur une possibilité de hors-champ narratif, celle de participer à l'histoire. Or il faut bien admettre que nous sommes tous orphelins de quelque chose.

 

À lire : Éloge des bâtardsOlivia Rosenthal, éd. Verticale, 336 p., 20 €.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé