Éloge de l'imperfection en politique

Éloge de l'imperfection en politique

La social-démocratie est morte ? Vive la social-démocratie !Un appel à sauver et à cultiver son « jardin imparfait » face aux tentations libérales et populistes. À contre-courant.

contre les vents d'une époque que l'on dit promise au libéralisme ou au populisme et au risque de paraître ringarde aux esprits prétendument « modernes » si prompts à changer d'idée à la moindre brise, je le confesse volontiers : je suis, je reste sociale-démocrate. Oui, j'aime, aujourd'hui comme hier, aujourd'hui plus encore qu'hier sans doute, cette social-démocratie en péril, son histoire, son imperfection assumée, son refus de l'absolutisme comme du dogmatisme, son ambition de transformation sociale sans grand soir ni guillotine. J'aime ses hésitations, ses tâtonnements, ses erreurs même sur le chemin d'un progrès si difficile à définir. Les commentateurs la proclament morte ? Je veux la faire vivre.

Certes, je ne suis pas aveugle. Je vois bien que les partis sociaux-démocrates perdent les élections partout en Europe. Notre déroute française de 2017 m'habite depuis sept mois. Je cerne nos erreurs, nos divisions, nos renoncements. En silence jusque-là. Notre débâc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine