édition, le cap du deuxième roman

édition, le cap du deuxième roman

Si un échec ne décourage presque jamais les auteurs d'un premier roman de persévérer, un succès, parfois considérable, avec la pression qui s'ensuit, peut les inhiber pour écrire le suivant. Ou pas. Retour sur quelques « cas d'école ».

Son nom est Puértolas. Romain Puértolas, bientôt 39 ans. Il est l'auteur de L'Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, paru au Dilettante à la rentrée littéraire 2013. Best-seller aussi énorme qu'imprévisible : traduit dans 38 pays et 35 langues, 290 000 exemplaires vendus en France (1), sortie prévue au Livre de poche en avril 2015, une adaptation au cinéma en cours. Premier roman publié, certes, mais c'était en fait son huitième manuscrit : « Tous les autres avaient été refusés auparavant, raconte l'auteur, dont un par Le Dilettante ! » Graphomane - « j'écris beaucoup et très vite » -, Romain Puértolas avait terminé son deuxième roman, La Petite Fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, avant la publication du Fakir. Il l'a ensuite retravaillé, pour aboutir à un nouveau « feel good novel », comme disent les Anglo-Saxons, un livre positif, qui fait du bien, sans pour autant êtr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard