Âmes errantes

Âmes errantes

Par l'un d'entre eux, la vie des hobos, mendiants américains itinérants, au début du XXe siècle.

Entre deux grands Jack - London et Kerouac - se trouve un autre vagabond injustement méconnu, Jim Tully (1891-1947), précurseur de la littérature hard boiled (les « durs à cuire » du roman noir). En 1924, quand il publie Vagabonds de la vie, il obtient les bonnes faveurs de Hollywood et travaille avec Charlie Chaplin, à qui il dédie l'ouvrage. D'où arrivait alors ce hobo (terme américain désignant les mendiants qui se déplaçaient en squattant des trains de marchandises) ? Orphelin de mère à 6 ans, il prend la route à 15, chaparde les ouvrages de Dostoïevski ou de Gorki dans les bibliothèques municipales, devient boxeur et prend la plume pour devenir journaliste.

Son récit autobiographique réunit une vingtaine de chapitres qui sont autant d'anecdotes du quotidien des mendiants, « des épaves humaines, aux mains tremblantes, des poules mouillées qui préféraient gémir plutôt que d'affronter la vie, des dégénérés et des pervers, sales et pouilleux, des ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes