Académie française. À quoi sert-elle encore ?

Académie française. À quoi sert-elle encore ?

Le rôle de l'Académie française, créée en 1635, est désormais assuré par des éditeurs et des commissions. Or l'institution fort dépensière en impose toujours...

On reproche souvent à l'Académie française d'avoir des positions conservatrices en matière de langue, d'avoir du mal à suivre les usages du français (en France et dans l'espace francophone), d'être en décalage par rapport à son époque... Qu'en est-il ?

Rappelons que l'Académie a été créée par Richelieu, à l'époque de la monarchie dite « absolue », et qu'il s'agit d'une institution politique. Elle devait en quelque sorte mettre au pas la littérature, promouvoir des auteurs officiels, doter le français de son premier dictionnaire unilingue, d'une grammaire, d'une rhétorique et d'une poétique. Elle n'a jamais été ni n'a prétendu être une avant-garde. Les quarante membres se sont dès le début cooptés entre eux, à vie, selon des critères opaques, parfois littéraires, souvent politiques. Certes, le plus jeune académicien de l'histoire (Armand de Camboust) avait à peine 17 ans lors de son élection en 1652 ; cependant, il n'avait pas été élu pour son audace, mais parce qu'il était le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon