À plumes et à poils

À plumes et à poils

Les chassés-croisés des soeurs Heredia entre le chaste Henri de Régnier et Pierre Louÿs, l'érotomane et photographe, font aujourd'hui l'objet d'un film.

les passagers du train pour Amsterdam du 28 octobre 1898 ont assisté à un bien curieux spectacle. Une superbe brune de 23 ans voyage au côté de son mari, grand échalas portant monocle. Le couple est accompagné d'un ami au regard pétillant. Or, sitôt que le mari regarde ailleurs, l'épouse se rue sur l'ami et grimpe sur ses genoux. « Nous avons mis à peu près cent personnes dans la confidence, raconte l'intéressé, des voisins de tramways, de bateaux, de wagons, de musées, des garçons de restaurant, des bonnes d'hôtel. Sitôt qu'il avait le dos tourné, nous nous embrassions devant tout le monde. » Qui aurait cru que ces personnages étaient le poète Pierre Louÿs, son collègue Henri de Régnier et son épouse, Marie, fille du poète parnassien José Maria de Heredia ? C'est elle qui a manigancé leur excursion aux Pays-Bas, sous prétexte de visiter une exposition Rembrandt. La vraie raison était tout autre : deux mois auparavant, elle avait donné naissance à Pierre, dont Henri, qui ne ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon