À nul autre appareil

À nul autre appareil

Que fait la photographie au roman ? Telle est la question d'un essai festif.

Introduite en littérature par Nadja d'André Breton, placée au coeur du dispositif romanesque moderne par W. G. Sebald, la photographie travaille bien des oeuvres de la littérature d'aujourd'hui. Reste à savoir ce que cet usage fait au roman : tel est l'enjeu qui occupe Clément Bénech, jeune romancier prodige que L'Été slovène a fait connaître en 2013. Inspiré par les réflexions de Régis Debray sur les médias, mais avec un style joliment digressif qui évoque Julien Gracq, l'essai cherche à comprendre la fonction de la photographie dans l'écriture : la quête de pureté propre à l'art moderne s'y enrichit d'un « plaisir du télescopage », puisque « le pari de la photographie dans le roman est de revivifier le langage en le confrontant à un principe antagoniste ».

La photographie atteste de manière troublante du réel : « L'effet indéniable opéré par la photographie sur notre crédulité est comparable à celui qu'aurait sur nous une trace de pas dans la neige » ; e ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine