À Nohant, l'utopiede George Sand

À Nohant, l'utopiede George Sand

Chopin, Flaubert, Balzac, Dumas... Un grand livre sur la communauté que l'écrivaine rassembla autour d'elle.

Il est de certaines oeuvres comme de certains lieux. Pendant des années on les contourne, ou si on les aperçoit, c'est pour les juger fades. Puis, un jour, peut-être à la faveur d'un événement qui jette sur notre perception du monde un nouveau trait de lumière, on y entre et on s'en fait un refuge où communient le coeur et l'esprit. La première fois que Michelle Perrot lut Georges Sand, l'historienne du travail (citons notamment Mélancolie ouvrière, 2012), des prisons (Les Ombres de l'histoire, 2001), de la vie privée (Histoire de chambres, 2009, prix Femina essai) et des femmes (Les Femmes ou les Silences de l'histoire, 1998, ou encore Mon histoire des femmes, 2006), trouva son propos trop convenu, d'un âge qui n'a « plus grand-chose à dire aux filles de Simone de Beauvoir ». Il lui faudra, au hasard d'une promenade dans les vallons du Boischaut, une visite, imprévue, dans la maison de George Sand à Nohant, pour que l'indifférence se mue ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine